kim

Miraku

aucun commentaire - aucun rétrolien

Danse

aucun commentaire - aucun rétrolien

Le sommeil

Je suis surpris par le sommeil. Il vient quand il veut et où il veut. J’ai beau être extrêmement fatigué, avoir un besoin énorme de dormir. Lorsque je vais me coucher, il m’est impossible de dormir pourtant je demande à dormir. A contrario, il m’arrive de m’endormir « bêtement », je me sens très bien, plein d’énergie et c’est à ce moment que je m’endore.

Les rêves. D’où viennent-ils ? Parfois de nous parfois de l’extérieur. J’aime bien le sommeil sans rêves, il fait juste noir (il n’y a aucunes images, pas de lumières, aucuns mouvements). Les rêves, les pensées (en état éveillé) sont parfois troublantes, j’ai beau les rejeter, ils ou elles persistent, pourtant je leur dis « non » (je suis sensé être le maitre de ce qui se déroule dans ma tête). J’ouvre les portes du terrorisme, sommes-nous maitres de notre pensée dans le sommeil ? Puisque généralement nous avons l’impression de tomber dans l’oubli de notre être. Depuis que je travail là-dessus, j’avoue être capable (pas à tous les coups) de sortir de mes rêves lorsque ceux-ci ne me plaisent pas. Le réveil est dur, j’en viens à penser que c’est dû à la volonté d’un être extérieur au mien (l’autre). De plus, il y a des chocs physiques, bien souvent le cœur, il y a des risques d’accidents cardio-vasculaires.

Le temps de repos a aussi son lot de surprises. Il faut parfois un long temps et parfois un court pour récupérer. Je pensais qu’il fallait consacrer beaucoup de temps au sommeil pour être en bonne santé. Je me surprends de voir qu’il m’arrive après un long sommeil de ne pas avoir l’impression d’avoir dormi, je dis même que je me sens encore plus fatigué.

 

aucun commentaire - aucun rétrolien

Chsriouf

Une fleur belle comme le soleil

Un arbre beau comme un cœur accroche son voile sur le visage qui sanglote

La femme forte comme le roc titube devant l’alchimie

Les enfants sont morts

 

aucun commentaire - aucun rétrolien

Théâtre

Plus d’espoir

Un couple… c’est la mort

 

Je reprends mes forces, je fuis

Dans ma course mon cœur me rappel que je vi

Trahi par une vie de théâtre, un véritable massacre

Des incapables mythomanes au service du grand Satan

 

J’aimerai les voir mourir d’une manière théâtrale pour de vrai cette foi

Les tripes à l’air l’air de rien ce qui leur va le mieux

Le ridicule les nourri et ils s’étonnent de souffrir de maux d’estomacs et ils osent appeler cela le trac

aucun commentaire - aucun rétrolien

Pas de nom

Le souffle de la nuit me prend par les fesses sans crier gare !

Je rejoinds mon altesse afin de lui transmettre ma faiblesse

Le roi cri haut et fort : mais quelle diablesse vous envoute ?

 

A genoux dans l’ombre je mire le fond du ciel

Un ange vient me voir

Je n’ai plus d’espoir

Je marche longtemps

Je trouve toutes ces inconnues magnifiques

 

J’aimerai retourner en arrière mais l’avenir m’appel tandis que j’ignore en quoi il consiste

Je pense être l’antéchrist lorsque mon gros chibre se tend vers le ciel

Ma sœur donne moi la réponse ton silence me tu et ton sourire m’excite

 

Ces passages sont d’une beauté exacerbée, givrée et pénétrée

Le ciel ouvre un passage que je ne puis prendre

Je reste suspendu à un fil d’argent tranchant comme l’oiseau qui chante

aucun commentaire - aucun rétrolien

La horde

Dehors la horde pousse ses cris

Sa haine tranche mes veines

Elle cri qu’elle m’aime

Il n’en est rien

 

Demain elle sera saoule

Des bouteilles vides en guise de souvenirs

Leur amour m’épuise

 

Souvent j’aimerais avoir un fusil d’assaut

Leur crier aussi mon amour

Les voir prendre un bain de sang

 

Gisant sur un sol où l’amour à creusé ses tombes

 

aucun commentaire - aucun rétrolien

Les crevards

Ces personnes malfaisantes, prêtes à tout pour gagner un peu plus. « Gagner », ce mot est une horreur, comme si la vie est un jeu. Comment peut-on se jouer de la vie et la mort ?

Les crevards envahissent principalement les endroits dits riches. Ils passent leurs journées à guetter, roder, voler, suivre, semer la pagaille, créer le moindre business plan, toutes ces choses dans un seul et unique but, leur profit personnel. Ils n’ont aucune moral, ils mentent sur tout.

Ils sont faciles à repérer. Le problème n’est pas dans le repérage mais l’action qui va permettre de les corriger. Pour ma part, il serait simple de les tuer. Je pense que la meilleure solution est la mort, elle règle tous les problèmes.

Les corriger est une solution plus « humaine », mais ils resteront présents (il y a toujours le risque de rechute). 

aucun commentaire - aucun rétrolien

Matrice

Il est drôle de voir comme les gens ont besoin de se sentir utile, indispensable, à croire que le monde tourne grâce à eux. A chaque pas que nous faisons il faudrait les remercier, c’est une honte. Ces gens sont des freins, des ralentisseurs. Ils passent leurs temps à faire du bruit, s’agiter, encore là c’est gentil.

Leur péché mignon c’est la perversité, savoir la vie de l’autre, avoir le contrôle sur d’autre.

aucun commentaire - aucun rétrolien

Addiction

Mon esprit et mon corps me rappellent que nos envies et nos besoins sont illusoires. Nous nous sentons constamment obligés de nous créer tout un tas de choses inutiles. Inutiles est un bien grand mot, car je l’avoue, ces choses nous font vivre. En réalité le problème demeure dans le fait que nous nous fabriquons des drogues, dans le sens où nous pensons ne plus pouvoir vivre sans ces choses.

aucun commentaire - aucun rétrolien

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 | Page suivante